Rêvalités

par Julie de WAROQUIER et Damien STECK avec Ana FALVIUS

Titre

En octobre l'an dernier, je découvrais lors des rencontres photographiques du Genevois, le travail de la photographe Julie de Waroquier, à travers sa série "Surreal Streets". Je suis immédiatement tombée sous le charme de ses mises en scènes, douces, poétiques, féminines et tellement empreintes de rêverie... Et puis début Décembre, sur sa page, une petite mention à propos d'un film au nom évocateur. Un lien vers Ulule. La promesse d'un si joli projet... Je suis la personne la plus indécise du monde, mais lorsqu'il s'agit d'un coup de cœur, je ne prend plus une seule seconde pour réfléchir. J'ai soutenu le projet... Et il y a quelques jours dans ma boite aux lettres une enveloppe renforcée, avec le nom de Damien STECK au dos... Les amis qui étaient avec moi pourrait vous le dire, je me suis fort interrogée sur ce pli, somme toute prometteur, mais venant d'un expéditeur "inconnu" ! Et puis à l'ouverture... le DVD "Rêvalité" s'est échappé de l'enveloppe, accompagnée d'une petite carte signé par Julie de Waroquier. Sourire, émotion... Jeudi soir dernier enfin, au sortir d'une longue semaine de travail, confortablement installée dans mon canapé, j'ai regardé le film... Et je me suis laissée emportée par la magie des images... Je n'ai pas automatiquement accroché avec le récit et le scénario que je trouve un peu trop "posé" sur les images, mais j'ai aimé la voix off et le fait que le texte soit en anglais. Et ce film est un véritable bonheur photographique. J'aimerai mettre sur pause à chaque seconde et en même temps chaque séquence est belle par elle même et par son enchaînement. Ce film nous entraîne au cœur de l'univers de Julie de Waroquier. C'est envoûtant, triste et beau à la fois. Un ami (tiens le même qu'au dessus d'ailleurs) m'a un jour dit à la sortie du cinéma à propos de je ne sais plus quel film : "la photographie de ce film est superbe". Cette simple phrase a été une révélation pour moi. D'un coup j'ai pris conscience de la réalité de cette remarque et de la présence de la photographie dans les films ; alors qu'avant je ne voyais qu'une suite d'images, par ailleurs fort bien pensée par un réalisateur, mais qui était avant tout au service du scénario. Et là c'est exactement ça, la photographie de ce film EST incroyable... Allez j'arrête de parler et je vous propose, si vous avez 20 petites minutes devant vous de le regarder, tout simplement... de vous plonger dans cet univers et de vous laisser happer par la magie des plans et la douceur du visage d'Ana Falvius...
Et puis... OK, c'est trivial je vous l'accorde. Mais les ROBES de la jeune fille tout au long du film ! Ah là là, je voudrais pouvoir porter chacune d'elles je crois...!

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *